Antidote dans MemoQ : facile !

Vous rêvez de passer un petit coup d’Antidote (le logiciel) pour procéder à une petite vérification de votre fichier MemoQ ? Antidote n’étant pas intégré à MemoQ (ni à Trados), il faut trouver d’autre recours si l’on veut lancer la correction sans risquer de modifier le texte source ou les tags.

Youpi ! J’ai trouvé la solution pour passer Antidote (ou tout autre logiciel/macro de correction configurable de la même manière et compatible avec Word) dans un fichier provenant de MemoQ, quel que soit son format d’origine ! Jusqu’alors, j’exportais un fichier bilingue au format RTF, mais Antidote ne faisait aucune distinction entre les deux colonnes, même si je n’en sélectionnais qu’une seule. Le risque était donc qu’il me corrige la langue source lors des corrections en mode batch (et par conséquent de bousiller l’intégralité de mon fichier). Si j’isolais cette colonne dans un fichier Word à part, pour la recoller ensuite dans mon fichier d’origine, MemoQ ne reconnaissait plus le fichier. J’ai aussi tenté de masquer la colonne source avec une macro, mais MemoQ repérait également une erreur lors de la réimportation. Bref, toutes ces manips relevaient plus du bidouillage que d’une méthode efficace.

Mesdames et messieurs, si vous croyez avoir épuisé toutes les possibilités, j’ai trouvé la recette magique ! Sans plus attendre, je vous expose ma méthode qui, je le crois, fonctionne dans la plupart des cas.

[Edit suite au message de Safetex] : Avertissement : ne pas lancer la correction multiple dans Antidote ! Ma méthode ne fonctionne que pour les corrections simples/uniques. Évitez les corrections typographiques, c’est trop délicat. Pour cette dernière, utilisez plutôt l’outil d’assurance qualité de MemoQ ou celui de Xbench.

Logiciels utilisés pour ce test
MemoQ 2014 R1. (R2 pas encore testé)

Antidote 8

 

  • Dans MemoQ 2014, cliquez sur le fichier qui vous intéresse et exportez-le au format bilingue (« export bilingual » en anglais)

 MemoQ export bilingue

  • Dans la boîte de dialogue, cochez la 2de option, « Trados compatible Bilingual doc » (ou son équivalent en français)
  • Exportez votre fichier (« export »)

Et voilà ! Vous obtenez un fichier Word « bilingue » sans que le texte source ne vienne parasiter votre analyse. Mais comment procéder pour qu’Antidote n’analyse pas les tags ? Vous remarquerez que les tags de votre fichier bilingue exporté apparaissent entre crochets (guillemets simples < >). J’ai donc trouvé une solution, simple mais redoutablement efficace (à noter que celle-ci ne fonctionnera que si votre fichier texte à réviser n’est pas encadré par des guillemets simples. Le cas échéant, tout le texte contenu sera <exclu de l’analyse Antidote>) :

  • Ouvrez Antidote. Allez dans Outils –> Options
  • Dans le menu à gauche, sélectionnez Exclusions

Exclusions des tags MemoQ pour analyse Antidote

Puis excluez les guillemets simples ouvrants (<) et fermants (>) (cf capture ci-dessus)

Validez la modification, votre fichier est prêt à l’analyse sous Antidote. Elle est pas belle, la vie ?

Non seulement le fichier peut être réimporté sans erreur dans MemoQ avec vos nouvelles corrections, mais il conservera également tout commentaire ou statut de segment attachés au fichier initial. [Edit] Pour le réimporter, il vous suffit de cliquer sur le fichier dans MemoQ 2014, de cliquer sur « Import with options » (et surtout pas « import reviewed document »), la boîte de dialogue annonce une mise à jour de votre fichier, cochez l’option « do not update if source segment is different » (important au cas où vous auriez malencontreusement touché aux tags). Et voilà ! Si vous n’avez pas appliqué de corrections multiples (ni la correction typographique), ça devrait fonctionner.

J’espère que cette solution en aidera d’autres que moi. N’hésitez pas à me communiquer d’autres méthodes si vous en connaissez de plus efficaces encore.

25 réponses to “Antidote dans MemoQ : facile !

  • Hello

    I was really surprised to read that the source text in a bilingual file exported from MemoQ is not affected when you do search and replace operations.
    So I tested this and I’m sorry to say that the source text is indeed affected (or I have not understood at all what you have said)
    Regards

    • Hi Safetex! Thanks a lot for your comment. I was in fact referring to « Antidote », a powerful French spell/grammar/contextual checker. Usually, it is impossible to run Antidote in a bilingual table, as it messes up the English source as well. But if you export the file in the Trados bilingual format in MemoQ, and then exclude any text into angle brackets () in the option menu of Antidote, it is supposed to work (at least it worked with my files). Did you try running Antidote or only the « search and replace » function?

      • Hi

        No, I tried it with Word’s find and replace which explains my misunderstanding

        Regards

        • Well, even if we were not talking about the same thing, your comment has been helpful, as it made me test my method with batch corrections in Antidote. So thanks a lot! 🙂

      • Hi

        And I’ve just had to test your other statement that hiding and then unhiding source text in a bilingual file stops it from being imported again by MemoQ

        You are right and I’ve asked support if this can be improved.

        I use proofreaders a lot and this may explain why the occasional bilingual file has not reimported into MemoQ

        Did the proodreader hide the source and then make changes with find and replace and then unhide the source again?

        I now suspect so and will tell them not to do this officially so thanks for pointing this out.

        • Exactly, it’s the main reason why I resorted to exporting a Trados bilingual file (hiding the source text). It was impossible to hide the source column without spoiling the entire file (an error occurs in MemoQ, even if the source was left untouched).
          Same issue if you copy-paste the target column in a new Word file, apply corrections, and paste it again over the original target column. This method doesn’t work (either the file is corrupted in MemoQ or MemoQ analyzes that you have changed every single segment, I don’t quite remember which one applies in this case).

          I tried different workarounds, none of these worked without errors, except for this new – potentially fallible – method!

          If MemoQ staff could solve this, proofreading tools would work like a charm! 😀

    • I tried running Antidote with another file (containing lots of tags), and you were right about one thing: the spell-checker still works, BUT batch corrections (esp. punctuation) should be avoided at all costs (it is preferrable to run this into MemoQ or Xbench). So my method works provided that we pay extra attention not applying multiple corrections (and only stick with single corrections). Additionally, for some reason, we should not use the « import reviewed document » button, but « import with options ». The dialog box opens, saying that it will update the current RTF. Check the option « do not update if source segment is different ». If you have Antidote, please tell me if it worked this way. I will add a warning in my article, thanks!

  • Bonjour Ophélie,

    technique intéressante pour contourner les problèmes cités. J’en propose une autre :

    Exporter au format RTF sans les commentaires et le statut, copier le contenu de la colonne source dans un autre document, faire les modifications et remettre le contenu source dans la colonne une fois les modifications apportées.

    Cela permet de faire les modifications multiples et typo.

    • Bonjour Jean-Louis, et merci pour ton commentaire ! Si mes souvenirs sont bons, cette méthode m’avait posé problème puisque les fichiers ne s’ouvraient pas toujours en les réimportant dans MemoQ (je me souviens d’un message d’erreur qui m’avait poussée à chercher une autre méthode). Autre souci : Quand j’arrivais à l’importer en fin de compte, je ne pouvais pas visualiser l’historique des changements (d’une version à l’autre), puisque MemoQ considérait que tous les segments sans exception avaient été modifiés (il me semble que MemoQ se base sur le suivi des modifications dans Word, et un copier-coller pour remplacer des segments équivaut à une modification de tous les segments). Cela dit, il me semble que je n’ai pas tenté le coup en exportant sans le « statut », je vais voir si cette méthode fonctionne la prochaine fois. Merci !

      • Bonjour Ophélie,

        Parfois Antidote n’arrive pas à récupérer le texte dans le fichier RTF et dans ce cas, je copie la colonne cible dans le bloc note. Mais ce n’est pas idéal j’en conviens.

        En revanche, lorsque Antidote fonctionne correctement et que le document est réimporté dans MemoQ, celui-ci ouvre une nouvelle fenêtre et ne fait apparaître que les modifications (en tout cas avec la version 2015).

        Enfin, lorsque le format du fichier source le permet, il est toujours possible d’exporter le document uniquement dans la langue cible puis de le réimporter en utilisant la fonction « Monolingual review ».

        Diverses solutions pour divers cas de figure donc !

        Merci en tout cas pour celle proposée.

        • Merci Jean-Louis pour vos ajouts. Je n’ai pas encore eu le temps de me pencher sur cette approche dans MemoQ 2015, mais je tenterai le coup à la prochaine occasion. Pour la Monolingual Review, vous avez entièrement raison et c’est le cas idéal, mais comme vous le dites, cette méthode n’est valable que pour certains fichiers (Word par ex.) et je cherchais surtout une solution qui s’applique à tous les cas de figure (comme le format Indesign). Merci pour votre commentaire !

  • Bonjour,

    Merci d’avoir pris de temps d’expliquer votre méthode.

    Personnellement, j’utilise Trados Studio Freelance 2015. Est-ce que vous pourriez nous expliquer comment on procède avec ce programme de traduction assistée ?

    Je clique sur « Export for bilingual review », ce qui produit on document Microsoft Word 2016, que je corrige ensuite avec Antidote (seulement la colonne de droite qui contient la traduction), mais lorsque je clique sur ‘update from bilingual review’ et que je confirme tous les changements, je ne les retrouve pas tous dans la traduction finale…

    Y aurai-il une autre méthode?

    Merci de votre aide.
    Bonne journée
    Suzanne

    • Bonjour Suzanne, à vrai dire je n’ai jamais trouvé de solution idéale pour faire la manipulation avec Trados. Alors, quand je dois travailler dans Trados, je procède manuellement : j’exporte, j’Antidote (si je puis me permettre l’expression) et je me sers de Xbench pour créer une liste d’erreurs à corriger (Checklist manager) s’il s’agit d’une correction globale, sinon je corrige directement avec le filtre de recherche de Trados et/ou Xbench. Désolée, c’est un peu fastidieux mais j’ai pris l’habitude, à force ! si quelqu’un a une solution plus efficace, je serai ravie d’en savoir plus.
      Bonne journée,
      Ophélie

      • Bonjour,

        Je m’excuse, mais c’est quoi Xbench?

        J’utilise SDL Trados Studio Freelance plus et il n’y a pas de Xbench qui vient avec. Il y a plutôt un autre programme appelé Multiterm et un autre appelé Passolo.

        Quand vous dites que vous exportez, vous exportez comment ?

        • http://www.xbench.net/ c’est un logiciel externe pour peaufiner l’assurance qualité (cohérence terminologique, de tags, de chiffres etc.) dans Trados (ou MemoQ) et effectuer des recherches ou des modifications poussées, il est bien plus puissant et personnalisable que les outils intégrés à Trados et MQ. Et il s’intègre directement dans l’interface Trados grâce à un Plugin téléchargeable sur TranslationZone. Au début, je n’en comprenais pas l’intérêt mais j’ai découvert au fur et à mesure la puissance de cet outil (j’ai profité d’une très belle promotion et j’ai acheté deux ans de licence). Vous pouvez l’essayer pendant 30 jours (30 jours d’utilisation effective, donc les jours où inactifs ne sont pas décomptés de la démo) puis, s’il vous intéresse, patienter avant de profiter de l’une des rares promotions qu’ils proposent.

          Quand à l’exportation, j’exporte en bilingue, j’efface les colonnes cibles et les autres colonnes, à l’exception de la langue cible, puis je passe Antidote. Ensuite, je procède aux corrections manuellement (ce n’est franchement pas l’idéal, il faut l’admettre).

          • Rebonjour Ophelie,

            Merci pour l’information à propos de Xbench, je vais m’informer d’avantage, et peut-être l’essayer.

            En ce qui concerne Antidote, la méthode que vous utilisez est fastidieuse, j’en convient parfaitement. Il devrait y avoir un autre moyen plus facile.

            Si je trouve, je vous informe.

            Bonne journée
            Suzanne

  • J’ai posé la même question sur le forum Proz.com et j’ai eu cette réponse d’une traductrice :

     » Je fais environ la même chose, mais j’utilise SDL XLIFF Converter pour exporter et importer. Je marque la colonne que j’ai traduit et je choisis la langue Français. Mon document est automatiquement créé en allemand. Une fois le document reconverti en Trados, j’entre systématiquement « à la main » toutes mes corrections avec Ctr + alt +F (je crois) dans la mémoire. Comme ça, je relis mes corrections « .

  • Bonjour,

    C’est expliqué ici où trouver le SDL XLIFF Converter dans SDL Trados Studio et comment il fonctionne : http://multifarious.filkin.com/2012/07/18/the-sdlxliff-converter/

    Je pense que c’est la meilleure option, car le document que le Converter produit est très simple, seulement deux colonnes.

    Je vais l’essayer la prochaine fois que j’aurai une traduction à réviser.

    Je ne sais pas si le Converter peut s’intégrer à MemoQ ou non.

    Bonne journée
    Suzanne

    • Bonjour Suzanne, merci pour ces précieuses informations. Désolée de ne pas avoir répondu + tôt, j’étais débordée de projets. Je regarderai ces techniques de plus près, sans doute après les fêtes, j’ai déjà téléchargé SDLXLIFF converter il y a un certain temps, mais je ne m’y suis jamais penchée de façon concrète. Piste à explorer, donc. Il faudrait évaluer le temps que nécessite la conversion et si celle-ci n’est pas risquée (pertes de données par ex.) L’avez-vous déjà essayée ? Quant à MemoQ, je ne pense pas que ce soit compatible car MQ utilise d’autres formats de fichiers que SDLXLIFF, même s’il peut très bien lire un fichier Trados

      • Oui, ça fonctionne très bien, si on évite de corriger la typographie d’un seul coup, car Antidote ne fait pas la différence entre la traduction elle-même, et certaines indications importantes appartenant au document généré par le Converter.

        Donc, il faut réviser les fautes une par une, car si on les corrige automatiquement, le document risque de ne pas pouvoir être lu par SDL Studio par la suite.

        Ceci étant dit, le Converter fonctionne avec SDL Trados Studio, je ne pense pas qu’il puisse s’intégrer à MemoQ.

        • Merci ! c’est parfait, je vais essayer cette technique au plus vite et je vous tiens au courant. En effet, les plugins intégrés à Trados ne fonctionnent pas avec MQ.

  • Bonjour.
    Méthode plus simple basée sur ce que je fais dans Trados (cela fonctionne également avec memoQ Adriatic, je viens de tester).
    Il suffit, comme vous le préconisiez, d’isoler la colonne cible dans un nouveau document et de procéder à l’examen par Antidote.
    Ensuite, il faut non pas copier la colonne et tenter de la réinsérer dans le document de relecture original (ce qui échoue), mais procéder comme suit:
    – sélectionner toutes les cellules cibles du document « antidoté » (en sélectionnant la première et la dernière en maintenant la touche « SHIFT » appuyée;
    – copier ces cellules;
    – dans le document de relecture bilingue, sélectionner ces mêmes cellules;
    – coller les cellules « antidotées ».
    En procédant comme suit, la structure du fichier reste inchangée. Tout le contenu cible est marqué comme modifié dans le document de relecture.
    Dans Trados, après réimportation, les changements apparaissent aussi dans le fichier sdlxliff. Il suffit alors d’approuver tous les changements et de changer le statut des segments, et le tour est joué.
    Dans memoQ, la réimportation a fonctionné sans erreurs, mais je n’ai pas pu afficher les modifications effectuées…

    • Bonjour Nicolas et merci pour vos suggestions. Je tenterai d’appliquer votre méthode dans MemoQ à l’occasion (même si je suis restée sur MQ 2015, je n’ai jamais testé Adratic) ! Pour ce qui est de Trados, je n’ai pas mis à jour mon article : plus besoin de vous casser la tête, il vous suffit de télécharger le plugin Antidote http://appstore.sdl.com/fr/app/antidote-verifier/583/ compatible trados 2015 et 2017.

Trackbacks & Pings

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2f026b095bb6